Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ibableblog.over-blog.com

ibableblog.over-blog.com

IBAB - Humanitaire aux Phillipines - Le blog de Baby

Publié le

Sur la petite île de CAMIGIN est né il y a maintenant plus de 80 ans un petit homme ; en pleurant, comme nous tous, mais lui au moins savait pourquoi...

Quand on arrive au monde dans une cabane en planches au milieu d’un marais et que l’on vous dit que vos parents ont vraiment un énorme penchant pour l’alcool, le départ dans la vie ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices.

Bien sûr, les amis essaient de vous consoler en vous racontant qu’il y a près de 2000 ans quelqu’un est né dans une étable et qu’on parle encore de lui aujourd’hui, mais cela ne suffit pas, surtout quand on décide de vous attribuer le même prénom que le chat du voisin et que ce dernier se nomme Titi. Ensuite, un peu de lait de la mère, mais très vite vous allez voler les fonds de verres sur la table, (surtout si personne ne vous en empêche !) et voilà qu’après quelques années vous vous retrouvez dans la même situation que vos géniteurs...

Malgré ces "petits" handicaps Monsieur Titi va survivre avec ses deux frères et une fois de plus une petite lueur d’espoir apparait, car notre ami, ainsi que le reste de la famille, a un véritable don pour la musique. Mais avec ce penchant pour l’alcool il est difficile de « monter sur les planches ».

Alors, non découragé; il se réfugie dans une église, et y rencontre un public d'un certain âge (pour ne pas dire un âge certain), et notre ami a beau s’acharner sur sa guitare il n’arrive pas à enflammer la salle. Alors il décide de créer son propre orchestre avec ses frères. Mais qui dit groupe dit répétitions, et là tout naturellement on va se désaltérer, et chaque fois cela se termine par une "dégustation" d’alcool.

Monsieur Titi est invité dans quelques soirées ou mariages et cela se termine toujours de la même façon, étant donné que la boisson est gratuite. Un certain mépris finit par s’installer pour cet homme qui devient vraiment insupportable quand il a trop bu.

Comme il n’a pas d’enfants pour l’aider sur ses vieux jours il doit continuer a grimper en haut des cocotiers pour en cueillir les fameux fruits, qui sont le premier revenu du pays.
A maintenant 82 ans ce travail oh combien dangereux n’a pas l’air de l’effrayer outre mesure.

Quand j’ai rencontré cet homme quelque peu marginalisé il ne m’a parlé que de la fête de Saint Roque célébrée le jour du 15 août ici. Et moi de lui répéter que le 15 août il n’y a que 2 fêtes mondialement connues ce sont la fête d’Aussois (le village de haute Maurienne qui m’a adopté) et bien sûr la farfouille de Briord organisée par mon ami Momo avec toute son équipe au profit de l’association IBAB.

Laissons pendant quelques lignes notre histoire pour nous intéresser à la fête de notre saint. Je vous avais dans mon livre parlé de cette petite île où la vie des autochtones ici est très difficile. Mais un jour par an donc, pour cette fameuse fête toutes les portes s’ouvrent pour accueillir parents, amis, et même toute personne étrangère de passage sur l’île. Dans chaque maison on vous fera manger du cochon, heureusement à toutes les sauces, très différentes les unes des autres.

Dès la fête passée la population va racheter un tout petit porcelet qu’ils vont élever pour l’année suivante. Mais cette fête n’est pas qu’un énorme festin gratuit, c’est aussi une immense parade des écoles, des associations, des groupes de danseurs.

Le clou de cette journée festive est la présentation de la reine de beauté de l’île, sur un char tiré par un buffle peint en blanc. Cette pauvre demoiselle est tellement maquillée que ça l’empêche pratiquement de sourire mais si la joie n’illumine pas son visage d’ange, la cause en est notre ami Titi.

Je vous explique (oh non ce dernier se comporte bien, même très bien.)

Du haut de son trône notre petite reine domine du regard la foule qui applaudit mais ne la regarde pas : tous les regards d’admiration se dirigent déjà vers le char suivant ou trône Monsieur Titi comme les gens l’appelle le jour de la Saint Roque.

Bien sûr il n’est pas seul, il est avec sa guitare et ses frères. Mais c’est lui que l’on interpelle. C’est à ce monsieur à la chemise blanche et qui sent la brillantine que l’on crie « Bravo Monsieur Titi ! » peut être pour le remercier de sa soixantaine de défilés ou alors y a-t-il seulement ce jour dans l’année de vrais connaisseurs de musique !

Ce qui est sûr d’après les témoins c’est que notre ami ne voit même pas la foule : il joue de la guitare en dansant pendant plus de trois heures toujours les yeux fermés sous une énorme chaleur et ne boit que de l’eau !
Que peut penser cet homme ? (rejeté certainement à juste raison par moments), que peut il ressentir en vivant ces instants si intenses ? Je ne vous donnerai aucune réponse car je me garderai bien de demander a Monsieur Titi qu’il me définisse ce qu’est le paradis !

Ce que je peux affirmer pratiquement sans me tromper c’est que le soir en s’endormant dans sa petite maison en planches il y a un homme qui doit toujours entendre résonner dans sa tête « bravo Monsieur Titi ! ».

Le drôle de destin de Monsieur Titi
Le drôle de destin de Monsieur Titi
Le drôle de destin de Monsieur Titi

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog